Immobilier : les changements pour 2019

Une nouvelle année apporte le plus souvent des lots de nouveautés. Dans le secteur de l’immobilier, voici les principales mesures à prendre en compte pour 2019.

Le CITE maintenu

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique est destiné à financer les travaux d’économie d’énergie. En 2019, le CITE est prolongé jusqu’au 31 décembre 2019. Par contre, depuis le 1er janvier, le remplacement des fenêtres à simple vitrage par des doubles ou des triples vitrages est à nouveau éligible au dispositif au taux de 15 %, dont le plafond est fixé à 100 euros par fenêtre. Le CITE pour les fenêtres est fait pour tous les contribuables qu’ils soient imposables ou non. Pour les dépenses engagées entre le 1er janvier et le 31 décembre au titre des coûts de main-d’œuvre associés à l’installation d’équipements de chauffage qui utilisent des énergies renouvelables sont aussi éligibles au CITE, mais à un taux de 30 %. Il en est de même pour les frais de dépose de cuve à fioul, mais le taux s’affiche par contre à 50%. Quant au bénéfice du crédit d’impôt pour ces deux-points, il est soumis à condition de ressources et le plafond est fixé par décret.

L’éco-PTZ prolongé et étendu

L’éco-PTZ est un prêt sans intérêt accordé au propriétaire bailleur ou occupant d’un logement ancien et au syndicat de copropriétaires pour financer les taux de rénovation énergétique des logements. Pour un même logement ce prêt peut atteindre jusqu’à 30 000 euros. On apprend qu’il a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2021 avec une durée qui devrait être portée à 15 ans.

Pour l’étendre, sa nouvelle version a été simplifiée. Désormais pour bénéficier de l’éco-PTZ, il n’est plus question de lancer un bouquet de travaux. En effet, il faut juste prévoir l’un des chantiers suivants :

  • isolation d’au moins 50 % des murs
  • isolations du toit
  • isolation d’au moins 50 % des ouvertures et parois vitrées
  • remplacement du chauffage ou du ballon d’eau chaude par un appareil plus performant
  • mise en place d’un chauffage fonctionnant avec une énergie renouvelable
  • isolation des planchers bas.

Investissement locatif : un nouveau dispositif

Grâce au dispositif “Denormandie ancien”, les personnes qui achètent un bien immobilier ancien et le rénovent pour le mettre en location peuvent bénéficier d’une réduction fiscale depuis le 1er janvier. Pour une location pendant 6 ans, cette réduction peut s’élever à 12 % du prix du bien contre 18 % pour une location pendant 9 ans et 21 % pour une location pendant 12 ans. Comme condition, les travaux réalisés doivent représenter 25 % du prix du bien et la réduction fiscale totale ne devrait pas aussi dépasser les  63 000 euros.Cette loi de défiscalisation concerne uniquement les logements acquis dans l’une des 222 villes du plan Action cœur de ville.

Le chèque-énergie augmenté et la taxe d’habitation réduite

L’aide au paiement des dépenses d’énergie, le chèque-énergie est destiné aux ménages à revenus modestes. Depuis le 1er janvier, ce dispositif passe de 7 700 euros à 10 700 euros de revenu fiscal de référence par unité de consommation par an. Ce changement fait que 5,8 millions de ménages bénéficieront maintenant du chèque-énergie en 2019 contre 3,8 millions en 2018 et son montant varie de 48 à 277 euros pour cette année contre 48 à 227 euros en 2018. Grâce aux informations transmises à l’administration fiscale, cette dernière se chargera d’envoyer automatique le chèque-énergie à toutes les personnes éligibles, un dispositif qui servira à payer les factures jusqu’en fin avril 2020.

Côté taxe d’habitation, la baisse était de 30 % l’an dernier et cette année elle grimpe à 65%. 80 % des ménages sont concernés par cette mesure et d’ici 2020, l’exonération totale pour ces contribuables devrait intervenir. Les 20 % devront par contre attendre jusqu’en 2021.